DANS LA PEAU D’UN VEGAN

N'infonews

Après trop de mois passés en mode « bars et pizzas deliveroo », mon corps commençait à se dégrader séverement de l’intérieur. Un jour il finit par me rappeler à l’ordre : j’étais allé trop loin et il me le fit comprendre. C’était le moment de se détoxifier en profondeur et d’adopter un autre mode de vie, au moins au niveau de la nourriture. J’avais déjà entendu parler maintes fois des « vegan », notamment à travers les posts instagram des fit girls australo-californiennes, sans réellement savoir ce que c’était que de vivre comme cela. Sur l’Iphone, cela donnait plutôt envie : les plats avaient l’air ultra sain, frais et aussi beau que bon. C’était le moment de se lancer un défi : passer une semaine sans manger de viande, de poisson, d’oeuf, de lait ou de fromage.

Challenge Accepted !

Premier jour, premier repas et premier tour a la biocoop du coin cours…

View original post 418 mots de plus

Le N’infokiosque #2

N'infonews

Retour des vacances. Les journalistes se sont remis de leur cuite au Moët et ont reccomencé leur scribouillages intensifs. Le moment idéal pour moi, mon clavier et mon cynisme permanent de vous commenter cette rentrée journalistique.

Crédits : epresse.com

Lundi 2 Janvier

Toujours en mode « gueule de bois ». Au Parisien ou chez Grazia c’est jus de citron et junk food sous le plaid. Sauf chez Prima, le premier de l’an tricot-camomille a heureusement épargné le foie de tout le monde.

Mardi 3 Janvier

Les premiers à se reveiller du premier de l’an sont les grands reporters de chez Top santé. Pas étonnant me direz vous ! Et pour aider leur confrères, ils ont même sorti un super numéro spécial Détox pour gommer les excès. Ah, ils ont aussi fait un dossier spécial gynéco pour bien démarrer l’année : règles, sexualité, ménopause.. A leur place, j’aurais d’ailleurs enlevé le…

View original post 564 mots de plus

Le N’infokiosque de 2016

N'infonews

Que 2016 fut une année riche en émotions, en émois sportifs, en tapis rouge, en surprise politique – mais SURTOUT de filles en bikini sur toutes les couvertures de LUI. Quoi de mieux, avant le débarquement dans ta cheminée du gros SDF barbu, que de résumer cette belle année à coup de unes de presse ? Allez, C’est parti pour une plongée sans bouteilles ni tuba, dans le kiosque de l’année !

crédit: epresse.com

JANVIER : Malgré un gros changement au niveau des régions, passées de 22 à 13 le 1er janvier, on ne peut que s’émouvoir encore plus de la perte de notre chanteur Frenchy préféré qui se baladait nu sur l’ile de Wight, qui allait chez Laurette et qui surtout était prêt à faire n’importe quoi pour un flirt (avec toi). Pourtant rebelotte, deux jours plus tard Michel Galabru – aka l’adjudant Gerbert dans mon coeur -, le rejoint…

View original post 1 008 mots de plus

LAS AVES VIENT FAIRE BOUGER DARWIN

N'infonews

Les petits protégés des Inrocks et purs produits toulousains vont secouer le Hangar Darwin, quai des Queyries, le 20 octobre au soir, pour le plus grand bonheur de nos oreilles en manque de Summer Vibes.

Ils ont la pop acide et indé dans le sang depuis leur début avec The Dodoz, les basses bien deep et le synthé entêtant.  Le quatuor toulousain a sorti récemment son premier album, Die in Shanghai, petit bijou dansant, aux sonorités parfois catchy mais sans jamais en faire trop. Dès la pochette le ton est donné. Cela sera bling, dans les tons or et chromé argent, un peu comme un vieux film de science-fiction.

La chanson Leo ouvre très bien l’album avec son refrain lyrique et son couplet sexy qui donne comme une furieuse envie de danser en vieilles baskets sur un immense parking de Santa Monica, au ralenti bien sûr.

S’ensuivent…

View original post 203 mots de plus

ART JAZZY

N'infonews

Les deux beatmakers from Bordeaux, Smokey Joe and The kid, ont sorti cette semaine un nouveau clip intitulé « So sexy ». Ce petit dessin animé rend hommage à une autre grande forme d’art : la peinture.

Smokey Joe and the Kid, ce sont deux beatmakers bordelais amoureux du Hip Hop, du groove et de la musique américaine du siècle dernier. A travers des albums tantôt swing, tantôt jazz ou blues, ils arrivent à créer un univers à part, aux multiples facettes, empli de percussions et de notes bleues. Leur collaboration avec Blake Worell, ovni Italo-Brésilien de la scène Hip-Hop, a donné naissance à un titre sagement intitulé « SO SEXY », aux paroles sensuelles et aux cuivres ravageurs.

« SO SEXY » c’est tout d’abord 3 minutes et 20 secondes de dessin animé arty, ambiance « Triplette de Belleville », mais dans des tons encore plus sombre.

Le thème central du clip, hormis la sensualité – représenté par la…

View original post 157 mots de plus

8 bonnes raisons de voir Laurence Anyways

8 BONNES RAISONS DE VOIR (OU REVOIR) LAURENCE ANYWAYS

20138436.jpg

Crédit Allociné

La sortie en salles cette semaine de JUSTE LA FIN DU MONDE, dernier long-métrage de Xavier Dolan adapté d’une pièce de Jean-Luc Lagarce, avec au casting Cotillard, Seydoux, Ulliel et Cassel, m’a donné envie de me replonger dans l’une de ses œuvres majeures : Laurence Anyways.

Mais au fait : C’est QUOI Xavier Dolan ? C’est tout d’abord des longs dialogues face caméra dans un silence total, des ralentis, des flous, des gros plans, des héros en pleine crise existentielle mais aussi des sublimes B.O éclectiques : de Moderat à Céline Dion en passant par la musique classique.

Mais Xavier Dolan c’est aussi de superbes séquences oniriques, aussi léchés et esthétiques que des tableaux et des intermèdes musicaux glissés un peu partout dans chacun de ses films.

En 2012, il sort Laurence Anyways, son troisième long-métrage après J’ai tué ma mère en 2009 et Les amours Imaginaires en 2010. Un couple en crise, la question du changement de sexe, un beau film sur l’amour sans genre, je me suis alors demandé :qu’elles étaient les huit bonnes raisons de voir (ou revoir) Laurence anyways.

Raison numéro une : Parce que c’est Xavier Dolan tout simplement et que le reste de sa cinématographie suffit à prouver que son talent n’a jamais cessé de croître d’année en année.

Raison numéro deux : Parce que Melvil Poupaud ( acteur fétiche d’Eric Rohmer) nous livre un jeu d’acteur tout sauf ridicule, mélancolique et délicat à la fois.

Raison numéro trois : Suzanne Clément. Trop peu connue du paysage cinématographique français, cette immense actrice québécoise a reçu pour ce rôle le prix d’interprétation féminine UN CERTAIN REGARD à Cannes pour sa prestation en tant que femme amoureuse et perdue.

Raison numéro quatre : Pour la magnifique bande originale. C’est parfois rétro 80’s avec Duran Duran, Kim carnes ou Visage, parfois dramatique avec Beethoven ou Prokofiev ou tout simplement indé avec Moderat. Et l’énonciation de ces quelques noms ne devraient même plus vous faire douter de l’oreille musicale de Dolan.

Raison numéro cinq: Parce que en ces temps-ci on a besoin d’histoires d’amour. Qu’elles soient hétéro, gay, lesbien ou trans : le réalisateur nous prouve que l’amour n’a pas de frontière du genre, et ça fait du bien.

Raison numéro six : Pour pouvoir sans complexe apprendre les meilleurs jurons et expressions Made in Québec. Tabernacle !

Raison numéro sept : Pour verser une petite larme devant tant de beauté surréaliste ( vous en avez beaucoup vu vous des scènes de films avec des vêtements qui tombent du ciel au ralenti?). Tout est symbolique, tout est suggéré. Comme simple et complexe à la fois.

Raison numéro huit : Parce que vous en sortirez grandi et chamboulé. Comme si le réel s’était transformé en un poème d’Eluard et que chaque jour vous vous répéterez ces quelques vers :

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

MY BUDAPEST TRIP SHOPPING ON ASOS

Avant que je parte la semaine prochaine à Budapest pour profiter du SZIGET Festival et de la ville au mois d’Août, j’ai fait un petit peu de shopping sur ASOS. J’ai choisi de prendre des basics revisités et un peu de makeup nude !

Sans titre (10).jpg

. Un short en jean indémodable avec des broderies fleuries pour l’esprit boho road trip, parceque c’est SO ROUTE 66 et que je serais sur une île du Danube pour la logique.

.Des lunettes de soleil de la marque AJ MORGAN ( marque US qu’on peut voir dans les séries 90210 Beverly Hills par exemple) en forme de coeur noir et or ( Pour l’effet LOLITA moderne) et faire genre je me la pète j’ai trop de références cinématographiques blablabla.

. Une poudre libre sable NEW LOOK pour éviter l’effet huileux.

.Un Eye Liner waterproof black de chez Rimmel pour danser sous les brumisateurs du festival sans ressembler à un panda dans la soirée. ( Et eviter de passer pour une chieuse qui se remaquille au milieu des toilettes chimiques et des gens bourrés).

.Un tee shirt Daisy Street avec le dos nu pour l’effet original mais pas trop et évacuer la transpiration grâce à une super aération dans le dos quand je danserais sur les Rooftop de Corvin Teto.

.Un fond de teint matte  Maybelline pour eviter l’effet ZONE T ROUGEATRE et une honte makeup face au teint parfait des hongroises.

.Un body noir qui peut faire tee shirt débardeur, sexy mais pas trop, dans une forme Alerte à Malibu mais sans le rouge vif BIMBO, parceque OUHLALA être ambassadrice du chic à la française en Europe de l’est, cela demande de la sobriété.

.Un mascara  NYX à brosse fine parceque malgrès les idées reçues elles allongent bien plus les cils que les grosses brosses ( et que les faux cils qui se decollent sous 40 degrès très peu pour moi..)

ET VOUS QU’EMMENEZ VOUS DANS VOTRE VALISE ?

SUMMER 2016 MOODBOARD

 

MODE

Sans titre (2).jpg

Sans titre (3).jpg

Surfeuse, boho, parisienne, romantique ou dark.

LA PLAGE

Sans titre (4).jpg

Des palmiers, des lacets et du 1 pièce !

MAQUILLAGE

Sans titre (5).jpg

Nature le jour, dark smokey la nuit.

ACCESSOIRES

Sans titre (6).jpg

Une overdose de bijoux et du cuir et des clous.

HAIR

Sans titre (7).jpg

Des tresses, les cheveux libres, longs…

HOME

Sans titre (8).jpg

Du bois cabane, du victorien bohème et du chill cali.

MON ETE

Sans titre (9).jpg

Entre les festivals, les apéros, le bassin d’arcachon, Budapest, Bayonne et une multitude de Caipe.