MY BUDAPEST TRIP SHOPPING ON ASOS

Avant que je parte la semaine prochaine à Budapest pour profiter du SZIGET Festival et de la ville au mois d’Août, j’ai fait un petit peu de shopping sur ASOS. J’ai choisi de prendre des basics revisités et un peu de makeup nude !

Sans titre (10).jpg

. Un short en jean indémodable avec des broderies fleuries pour l’esprit boho road trip, parceque c’est SO ROUTE 66 et que je serais sur une île du Danube pour la logique.

.Des lunettes de soleil de la marque AJ MORGAN ( marque US qu’on peut voir dans les séries 90210 Beverly Hills par exemple) en forme de coeur noir et or ( Pour l’effet LOLITA moderne) et faire genre je me la pète j’ai trop de références cinématographiques blablabla.

. Une poudre libre sable NEW LOOK pour éviter l’effet huileux.

.Un Eye Liner waterproof black de chez Rimmel pour danser sous les brumisateurs du festival sans ressembler à un panda dans la soirée. ( Et eviter de passer pour une chieuse qui se remaquille au milieu des toilettes chimiques et des gens bourrés).

.Un tee shirt Daisy Street avec le dos nu pour l’effet original mais pas trop et évacuer la transpiration grâce à une super aération dans le dos quand je danserais sur les Rooftop de Corvin Teto.

.Un fond de teint matte  Maybelline pour eviter l’effet ZONE T ROUGEATRE et une honte makeup face au teint parfait des hongroises.

.Un body noir qui peut faire tee shirt débardeur, sexy mais pas trop, dans une forme Alerte à Malibu mais sans le rouge vif BIMBO, parceque OUHLALA être ambassadrice du chic à la française en Europe de l’est, cela demande de la sobriété.

.Un mascara  NYX à brosse fine parceque malgrès les idées reçues elles allongent bien plus les cils que les grosses brosses ( et que les faux cils qui se decollent sous 40 degrès très peu pour moi..)

ET VOUS QU’EMMENEZ VOUS DANS VOTRE VALISE ?

GET THE LOOK :KATE MOSS FESTIVAL

  Petit retour sur les meilleurs looks de Kate Moss ( l’icone absolue de tout les temps en matière de style) en Festival. On la sait plutôt branché bière, boue, pluie et Mick Jagger que palmiers, couronnes de fleurs et électro dance, c’est pour cela que les tenues prises à Glastonbury sont plus adaptés à un festival Breton qu’à Calvi On the rocks. Je vous ajoute donc les tenues similaires (et abordables) à shopper sur internet pour ceux qui iront secouer la tête sur du Patti Smith sous une averse!

les bottes de pluie

Salopette denim (2).jpg

les bottes de pluie (1).jpg

Salopette denim (3).jpg

les bottes de pluie (2).jpg

Salopette denim (4).jpg

les bottes de pluie (3).jpg

Salopette denim (5).jpg

les bottes de pluie (4).jpg

Salopette denim (6).jpg

  On finit par les meilleurs looks complets de Kate à Glasto !

Kate Moss festival boho fashion:

Kate Moss festival style:

Si cela vous a plu, n’hésitez pas à commenter !!!

Juliette (1)

Coup de coeur mode : FREE PEOPLE

  Nous sommes dans les années 70 à Philadelphie. Un homme nommé Dick Hayne ouvre un magasin pour habiller la jeunesse de la ville avec pour mot d’ordre : LA LIBERTE. Il le nomme alors FREE PEOPLE. Le magasin marchant bien, il en ouvre un second et le renomme URBAN OUTFITTERS. Mais en 1984 lui et sa femme décident de redonner vie à la marque FREE PEOPLE, se rendant compte qu’elle était toujours présente et que l’esprit libre des seventiees était éternel. En 2001, la marque prend de plus en plus d’ampleur et la public cible passe de l’ado rebelle hippie a la jeune femme de 25 ans, confiante, aventurière, libre, romantique, parfois un peu garcon manquée et désireuse de découvrir le monde.

MA SELECTION

Vintage Gay Weddingsfor Your Inspiration (1).jpg

Juliette (1)

Photos of the Day : Sofia Coppola’s movies

  Il y a eu Virgin Suicides en 1999, Lost In translation en 2003, Marie Antoinette en 2006, Somewhere en 2010 puis The Bling Ring en 2013. Chez Coppola fille, ce qui marque tout dabord c’est la maîtrise de la caméra : les mouvements en parfaits accords avec les ressentis des héros. La lenteur suicidaire des jeunes vierges de Virgin Suicides, l’ennui total de l’acteur de cinéma américain dans Somewhere, les rythmes saccadés des jeunes kleptomanes de The Bling Ring ou encore les tourbillons de Marie antoinette et de sa cour.

Afficher l'image d'origine

  Hormis les mouvements, chez Coppola on retrouve aussi une précision des plans au plus près des personnages et de leur quotidien, de leur pulsion, de leur monde intérieur : parceque les films de Coppola parlent de voyages, ceux que l’on fait a l’interieur de nous mêmes afin de trouver qui nous sommes. Ceux qui nous aident à voir la délicatesse au plus profond de l’ennui.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Voila, chez Coppola on s’ennuie beaucoup. Mais attention, on le fait avec classe, comme un luxe de privilégié. Et pour masquer cet ennui les héros se noient dans les artifices, les paillettes, les karaokés tokyoïtes aux néons roses, le champagne, le jeu, la mélancholie, les escort girls, les vêtements de Luxe, les villas hollywoodiennes… Tout est bon pour les personnages si cela peut les faire sortir de leur introspection perpetuelle. La réalisatrice leur tissent des toiles pour mieux les proteger du monde exterieur et ils évoluent dans leur cocon loin de la réalité, dans le monde des rêves.

 

  Chez Coppola, on vit dans le luxe très souvent, on a eu une vie dans un monde privilégié ou on désire à tout prix en faire parti. La plupart de ses films sont une sorte de réference à sa vie d’enfant star à Los angeles, dans le berceau cinématographique aseptisé de l’amérique. Comme Marie Antoinette elle est tombé dans le faste sans le vouloir, comme la petite fille de Somewhere ,son père est absent et elle s’ennuie dans des hotels de luxe sur Sunset Bvd. Les Villas de milliardaires de Beverly qu’elle filme dans The bling ring n’ont pas de secrets pour elle. Elle sait d’ou elle vient et elle sait de quoi sont capable les gens pour vivre aussi bien qu’elle. Mais pourtant, encore et encore, après avoir tout eu tout de suite et trop tôt : elle s’ennuie.

  Toutes les héroïnes de Coppola évoluent donc dans ces mondes là mais pas dans un silence glacial. Leur ennui est musical, il est une douce mélodie de Air, Phoenix ou encore Jesus and Mary chains. Dans Virgin Suicides, les morceaux de AIR, éléctroniques et doux, nous font voyager et nous permettent de mieux voir à travers les yeux rêveurs des jeunes filles perdues. Dans Lost In translation on entend même de la K pop chanté par Murray et Johansson et Marie Antoinette fait la fête sur Hong Kong Garden de Siouxie and the banshees pendant que au Chateau Marmont on bronze avec The strokes.

Alors qu’attendez vous pour voir ou revoir les oeuvres de Sofia Coppola, pour vous aussi vous surprendre à vous ennuyer tout en trouvant cela digne du 7 eme art?

Juliette (1)

Une Fille, Un Style

  Aujourd’hui décryptage mode et portfolio de la frenchy face Camille Rowe. Après l’avoir trouvé sublime dans la pub porno chic signé Dior pour Poson Girl, on la retrouve dans le film l’IDEAL de Beigbeder dans le rôle d’une mannequin ecervelée aux pratiques sexuelles douteuses. Comme quoi au royaume de la superficialité, certaines ont encore une notion du second degré.

CAMILLE ROWE EN 5sharp (4).jpg IMAGESsharp.jpg

sharp (1).jpg

 

sharp (2).jpg

 sharp (3).jpgSON SHOPPING ASOS

sharp (5).jpg

PORTOLIO DES SES MEILLEURS CLICHES

 

Juliette (1)

 

Un jour, Une fille, Un style

Aujourd’hui je pars à la découverte d’une fille en vogue : Annie McGinty, mannequin américaine, au style hippie chic Californien : entre plage, surf et couchers de soleil.

music festivaloutfits foroctober

MUR D’INSPIRATION

Salopette denim

Chemise Nicce London imprimé palmier, Salopette Boohoo, Panama ASOS en feutre, Cropped top jersey RiverIsland.

SES 6 LEÇONS LIFESTYLE

Cultivate it.

dreamcherry.jpg

dreamcherry (2).jpg

dreamcherry (3).jpg

 

dreamcherry (4).jpg

dreamcherry (5).jpg

PETIT PORTFOLIO DE SES MEILLEURS SHOOT

Follow her on INSTAGRAM : annieemcg

Juliette (1).jpg